Révolution
Accueil » Agenda 2013» Les mardis du marxisme

Les mardis du marxisme

L’association La Riposte organise une série de rencontres mensuelles pour discuter de différents aspects de la théorie marxiste et de l’histoire révolutionnaire. Les rencontres auront lieu au 57 rue des Vinaigriers, dans les locaux du PCF, Paris 10e. Elles sont ouvertes à tous. Les discussions seront suivies d’un pot fraternel. La première discussion – sur le Manifeste du Parti Communiste – sera animée par Greg Oxley, rédacteur de La Riposte et membre du PCF dans l’arrondissement. Voici le programme complet jusqu’en décembre.

Mardi 5 mars - 19h30
Origines : le Manifeste du Parti Communiste, 1848
Le Manifeste du Parti Communiste a été publié quelques semaines avant l’éclatement de la révolution de 1848. La traduction française est parue à la veille de l’insurrection des ouvriers parisiens, en juin de la même année. Quiconque défend les idées du Manifeste s’est vu rétorquer que, depuis le XIXe siècle, la société a évolué, et qu’il faut donc leur préférer des idées plus modernes. Personne ne nierait que le monde a changé depuis la rédaction du Manifeste. Mais si l’on veut sérieusement évaluer sa pertinence actuelle, il faudrait voir quels changements ont eu lieu et en quoi ces changements invalident les idées de Marx et Engels. Or, il s’avère que les idées fondamentales du Manifeste sur les caractéristiques et le mode de développement du système capitaliste, ainsi que sur les éléments essentiels du programme pour en finir avec ce système, sont toujours d’actualité. A bien des égards, les perspectives présentées dans le Manifeste se sont réalisées à un point que Marx et Engels eux-mêmes n’eurent jamais imaginé…

Mardi 9 avril - 19h30
La Théorie économique de Karl Marx
Comment se fait-il que l’immense accumulation de moyens de produire des richesses s’accompagne de leur concentration entre les mains d’une minorité toujours plus restreinte ? Pourquoi l’économie se trouve-t-elle périodiquement plongée dans des crises de « surproduction » qui entraînent la suppression de centaines de milliers d’emplois ? D’où vient le profit ? Qu’est-ce qui détermine le montant des salaires, la valeur des marchandises et leur prix de vente ? La théorie économique de Marx apporte des réponses claires à toutes ces questions, et à bien d’autres encore.

Mardi 14 mai - 19h30
Les bases philosophiques du marxisme
La philosophie dialectique de Marx et Engels considère tous les phénomènes de la nature – dont la pensée et la société humaines – non pas de façon statique et métaphysique, mais dans leur mouvement perpétuel, à travers leur naissance, leur développement et leur fin. Ce qui naît porte en soi les éléments de ce qui meurt. A la différence de la philosophie de Hegel – dont ils étaient des adeptes, initialement – la dialectique de Marx et Engels n’était pas idéaliste, mais matérialiste. Le « matérialisme dialectique » constitue la base philosophique de la pensée marxiste.

Mardi 4 juin - 19h30
La Commune de Paris, 1871
Le 18 mars 1871, alors que Paris était assiégé depuis plusieurs mois par les armées de Bismarck, le gouvernement français a tenté de désarmer la Garde Nationale. Le peuple s’est soulevé contre cette trahison. Le gouvernement s’est enfuit. Les travailleurs parisiens se sont trouvés maîtres de la capitale. Dans des circonstances extrêmement difficiles, les « communards » ont tenté de réorganiser la société sur des bases entièrement nouvelles. Sans précédents historiques, affamés et faisant face aux conséquences dramatiques de l’encerclement de la ville, ils se sont efforcés de débarrasser la société de l’exploitation et de l’oppression. Mais la Commune de Paris n’a pas eu le temps pour accomplir cette tâche. Lors de la « semaine sanglante » du 21 au 28 mai, l’armée française aux ordres d’Adolphe Thiers a sauvagement massacré près de 30 000 hommes, femmes et enfants.

Mardi 8 octobre - 19h30
La Révolution française 1789-1794
La Grande Révolution fut une lutte titanesque des classes opprimées pour en finir avec l’inégalité sociale et l’injustice, une lutte pour la liberté. Les répercussions de cet événements se firent sentir dans toute l’Europe et au-delà. L’étude de cette révolution est indispensable à la compréhension de l’époque. Plus encore, elle nous permet de mieux comprendre les défis révolutionnaires de notre temps. Les idées qui galvanisaient les « sans culottes » n’ont rien perdu de leur actualité. L’exposé présentera les causes fondamentales de la révolution, son déroulement à partir de 1789, son apogée en 1792-1793 et la chute de Robespierre en juillet 1794.

Mardi 5 novembre - 19h30
La conception matérialiste de l’histoire
Quelle est la force motrice de l’histoire sociale, économique et politique ? Qu’est-ce qui explique l’ascension et le déclin des ordres sociaux qui se sont succédés au cours de l’histoire ? Quel est le rapport entre le mouvement des idées et le mouvement du monde ? Quel est le rôle de l’individu dans l’histoire ? Pour tenter de répondre à ces questions – et bien d’autres – Marx et Engels ont développé une conception matérialiste et dialectique de l’histoire, à l’opposé des conceptions idéalistes et moralistes du processus historique.

Mardi 3 décembre - 19h30
La révolution russe de 1917
La révolution russe a commencé, le 23 février (selon l’ancien calendrier) 1917, à Petrograd. Une grève générale contre les souffrances imposées par la guerre a achevé la dynastie des Romanov au bout de cinq jours. Après de nombreux retournements, les organisations créées par les ouvriers, les soldats et les paysans – les « soviets » – ont pris le pouvoir en octobre. D’une portée historique colossale, la révolution de 1917 a véritablement « ébranlé le monde », pour reprendre le titre du célèbre récit du journaliste américain John Reed. Les révolutionnaires de 1917 considéraient leur victoire comme l’acte d’ouverture d’une révolution mondiale, destinée à débarrasser la terre entière de l’exploitation, de l’oppression et de la guerre. Malgré la dégénérescence ultérieure de la révolution, elle mérite d’être étudiée par tous ceux qui aspirent à un monde meilleur.